voiletoulon

« Hohé, top ! Le Mutin en vue ! »


Club House, le 11 avril 2018

 

75 ans pour voguer de nouveau en Méditerranée !

Le dundee « Mutin » a accompagné la réplique de la frégate « Hermione » lors de son escale à Toulon.

En ce 11 avril 2018, les anciens Pilotes de la Flotte du CNMT se souviennent et retrouvent le pont du Dundee « Mutin » sur lequel ils ont fait école ! « Hohé, top ! ». Véritables livres d’instructions nautiques vivants et fins manœuvriers, depuis 1878, les Pilotes de la Flotte étaient de véritables experts côtiers de la « navigation à vue ». Embarqués sur les bâtiments de la Marine Nationale, ces Pilotes aux 8000 points remarquables dans la tête utilisaient leurs propres maximes pour se situer, déterminer la route à suivre et éviter les écueils !

Une maxime : « Le « Minou » rougit quand il couvre les fillettes » à traduire par le phare du Minou - normalement à éclats blancs - a un secteur rouge qui marque le banc des « Fillettes » !

 

IMG 20180411

Moment convivial avec l’équipage actuel du « Mutin » que les anciens Weil, Vingrief, Le Goff dit Petit Foc, Guyétand dit Jef du Sud, et Pouleau avaient souhaité en apercevant la silhouette du fameux plus ancien navire de la Marine Nationale pointée à l’horizon de la grande rade de Toulon !

Mut silhouette

 

Levons la Grand-voile de 120m² du « Mutin » pour un bref retour sur ses multiples vies.

Construit en 1927 sur le modèle des thoniers à voile de l’époque, le cotre à tape-cul participe à la formation des Pilotes de Saint-Servan jusqu’en 1939. C’est alors qu’il est réquisitionné par les services secrets de Sa Majesté. Nouveau pavillon, nouveau nom… Il se mue en navire espion sous l’apparence d’un bateau de pêche. Il participe à des opérations de renseignement, d’espionnage et d’infiltration. Après quelques mois dans la Manche, il est envoyé en Méditerranée pour accomplir de nouvelles missions. En tout, il a été mitraillé à trois reprises, par les Allemand et les Italiens. Endommagé, il est envoyé en mer Adriatique et utilisé comme base de repli par les Britanniques.

A la libération, il repasse sous pavillon français. Il est réaffecté à l’Ecole de Pilotage de la Flotte de Saint-Servan jusqu’à sa fermeture en 1964, puis direction Brest et l’Ecole Navale de Lanvéoc. Aujourd’hui, l’élégant voilier sert de terrain d’apprentissage aux élèves des cours de BAT (Brevet d’Aptitude Technique) et de la Préparation Militaire Marine (PMM).