voiletoulon

Aux nouvelles ...

MEDBREIZH 2016 - Phase 3 : Brest 2016 !


Du 13 au 16 juillet

 

 

Bonjour ensoleillé de la rade de Brest,

Mercredi 13 juillet : incertitude. Comment la météo va-t-elle évoluer ? Le ciel est incertain. Mais L'Hermione a embouqué le goulet de Brest et fait oublier les nuages. La flottille d'accueil grossit. Sous un soleil gris ardoise, la frégate apparaît, toujours majestueuse. Il lui reste encore un peu de toile que les gabiers réduisent au rythme de l'approche. Au Nord-Ouest, le ciel s'assombrit rapidement, et le grain attendu s'abat, avec rotation d'un vent solide et pluie violente. Tout le monde accélère, malgré des voilures réduites ou en cours de réduction. Un quart d'heure plus tard, tout sèche. La lumière lavée rend splendides la mer et les gréements de toutes sortes.

Diadem et Embellie V saluent la frégate et son commandant. L'Hermione va s'accoster en Penfeld, et nous mouillons devant la cale de Quélern, pour débarquer avec nos provisions chez une amie du Président. De la salle de séjour la vue sur la rade, où beaucoup de vieux gréements ont mouillé voilure haute, est magnifique. Puis nous faisons route vers l'Ecole Navale qui nous accueille pendant quelques jours, afin de libérer les places de la marina du Château pour les bateaux de caractère participant à Brest 2016. Antares vient ainsi prendre notre place au CNMB.
L'accueil de l'Ecole Navale est très professionnel : efficacité, rigueur des procédures en ces temps tourmentés, gentillesse du personnel de service. Le ponton très fonctionnel à l'abri des frégates désarmées garantit un séjour en toute sécurité. L'aide de camp de l'amiral Benoit Lugan, commandant l'Ecole Navale, nous remet les badges de rigueur et les détails du séjour sont réglés.
Une visite rapide du site fait apprécier l'évolution de l'Ecole tout en ravivant les souvenirs d'élève d'un certain nombre d'entre-nous.
 
Jeudi 14 juillet : temps radieux. Cap vers l'Aulne, l'abbaye de Landévennec et le nouveau pont de Térenez.
Après un aller-retour sous le pont, le déjeuner au mouillage en bordure de chenal, non loin de quelques bateaux condamnés, dont l'Aconit que commanda naguère notre Président, fait savourer le débouché en rade de Brest du canal de Nantes à Brest.
La rade que parcourent des centaines de bateaux se découvre après l'île Ronde. Cap vers le pont Albert Louppe, doublé d'un pont tout neuf du même nom, pour un dîner au mouillage dans l'Elorn avant le feu d'artifices du 14 juillet.
Vers 22h00, appareillage vers les digues du port de commerce. Des dizaines de bateaux ont choisi d'admirer les tirs d'artifices de la mer. Il fait frais, le soleil n'est pas encore couché, et chacun attend sans impatience les premières gerbes d'étoiles. Il faut jouer avec le courant, la dérive due à un léger vent et les mouvements des autres bateaux pour garder en sécurité son poste d'admiration.
Il est 23h45. La nuit est vraiment là. Le feu d'artifices vient de s'achever. Sans désordre ni précipitation, de nombreux bateaux se dirigent avec nous vers la marina du Château. Diadem doit y récupérer le midship de l'amiral, qui ne réussira pas à s'extirper de la foule sortant du port de commerce. Cap est mis sans lui vers Lanvéoc, où la marina de l'Ecole Navale nous accueille vers 02h00 du matin.
 
Vendredi 15 juillet : journée plaisir des yeux, altérée par la nouvelle du drame de Nice. Notre pays est une nouvelle fois atteint. Cet événement ne nous quitte plus.
Appareillage en matinée vers les voiliers qui paradent, puis mouillage entre les îles de Trébéron et des Morts, hauts lieux de l'histoire maritime de la rade. La première a servi de lieu de quarantaine pour les navires revenant de mission, et les morts étaient enterrés sur la deuxième. Eau émeraude, ciel bleu intense, nous partageons ce site avec Embellie V et d'autres bateaux. Puis nous rallions les voiliers qui paradent, plus nombreux que le matin, et savourons les images qu'ils nous offrent dans ces circonstances et ce cadre uniques.
 
Samedi 16 juillet : le pavillon national est mis en berne. Appareillage vers l'anse du Caro, sur la côte nord de la presqu'île de Plougastel. Nous sommes ainsi proches des voiliers qui vont sortir de Brest, tout en déjeunant dans une anse agréable aux couleurs sans cesse changeantes. Nous mouillons tôt, et heureusement car nombreux sont ceux à avoir eu la même idée. Apéritif pris, repas dégusté et vaisselle faite, Diadem rejoint ses camarades de jeu, les jeunes et surtout les moins jeunes qui paradent voilure haute. Il fait chaud, le vent est léger, la rade est magnifique. La plupart des grands voiliers ont appareillé, et beaucoup de plaisanciers sont sortis pour jouir du spectacle. Il s'agit d'être prudent car la circulation est dense.
Ce soir, nous offrons avec le Yacht Club de France un cocktail au cercle Borda à nos hôtes, l'amiral Benoit Lugan et les officiers auxquels nous devons ce séjour agréable en presqu'île. Qu'ils soient tous remerciés de leur concours et de leur disponibilité.
 
À suivre....
 
Brest2016 1  Brest2016 2  Brest2016 3  Brest2016 4