voiletoulon

TOUR DE CORSE A LA VOILE (ed.2016)


 
 
On prend les  mêmes et on recommence…  Ou presque !
L’année dernière, Le Sun Fast 3200 « ESPILON » du Club Nautique de la Marine à Toulon participait pour la première fois au tour de Corse à la voile. La devise de la course « Touristes s’abstenir » avait déjà pris tout son sens !
L’édition 2016 nous tendait les bras ! L’ancien skipper Cédric Faron n’étant plus disponible (projet mini 6.50) c’est Damien Tandou, équipier d’Epsilon, qui a pris les commandes de ce superbe bateau de régate.
Aidé par le CNMT pour préparer le bateau il a constitué son équipe pour aller battre le fer dans cette Course IRC bien connue du monde de la régate ! 6 régatiers (4 militaires d’active : Cédric Vigot, Damien Tandou, Sophie Pourtal, Candice Fiacre et Christian et Jonathan Freze) constituent cette nouvelle et jeune équipe mixte ! Départ de Toulon le lundi 10 octobre 2016…
L’arrivée à Bonifacio mardi midi sous un vent soutenu de Mistral présageait déjà que cette année encore le vent serait de la partie. Et il le fût !
Le jeudi les reports consécutifs de l’heure de départ de la course dû à une météo instable et un fort coup de vent sur la partie nord de la Corse se sont terminés dans une ambiance surréaliste : Décision unanime des équipages  - contre l’avis du comité de course - de ne partir que le lendemain sur un parcours de substitution de 140 Nq (Bonifacio- Porto Vechio – Ajaccio – Bonifacio).
Départ donc le vendredi matin 09h30 :  Les 6 membres de l’équipage parés et déterminés s’élancent au côté des 50 autres bateaux sur une ligne de départ dont les paysages sortent tout droit d’une carte postale. La remonté sur Porto Vechio est parfaitement négociée puisque Epsilon est le premier des 4 SF 3200 à virer les îles et redescendre vers les bouches en direction d’Ajaccio. Il faut signaler que les 2 « Freze » Jonathan et Christian sont en réglages permanent le couteau entre les dents, et que leur grande expérience en régate permet ce classement provisoire.
Soudain devant nous des bateaux se couchent sur l’eau, les mâts dansent alors que 5 nds de vent sont enregistrés sur notre anémomètre. L’envoie de l’ORC manu militari est décidé en prévision de ce phénomène inquiétant droit devant nous et à peine le temps de prononcé son nom, le Grain est déjà sur nous. 30 nœuds de vent établis. Epsilon avance sous GV-1ris et ORC. Le bateau est sous contrôle et les équipiers harnachés. Bientôt c’est 40 nœuds qui soufflent Epsilon et des claques à 45 nœuds sont régulières.
La régate prend un air de déroute. Les voiles autour de nous s’affalent et certaines se déchirent. Le grain fini par passer et la toile est renvoyée. Les équipiers mouillés mais pas abattus continuent de faire marcher Epsilon.
Les 4 SF 3200 sont dans un mouchoir de poche et se contrôlent toute la nuit. Au petit matin peu avant l’arrivée 3 sun fast 3200 (Hokua, Team Captain Nason’s et nous) sont en route parallèle à moins de 100m les uns des autres.  Joope le 4ème SF accuse une petite heure de retard. Dans un dernier combat c’est Hokua qui enverra en premier son spi et gagnera ainsi le duel avec 1min 10 d’avance. Team Captain Nason’s termine 2 min derrière Epsilon.
Le bateau du CNMT finit ainsi 2ème de son 2ème tour de Corse dans sa classe (IRC4) et 4ème OVERALL sur une quarantaine de bateau à l’arrivée (9 abandons dans le grain).Comme l’année précédente…
Même si Nous devons encore progresser dans plusieurs domaines tels que les réglages et la maitrise des « Range » de nos voiles, nous garderons tous les 6 un souvenir fort de cette course éprouvante mais passionnante ! La sécurité n’a à aucun moment été bafouée sur ce bateau bien que les tentations de ne penser qu’à la compétition sont grandes : un homme à la mer sur un SF3600 et un blessé sur un bateau de la MACIF nous rappelle que les courses OFFSHORE demandent une préparation sérieuse du bateau et de l’équipage.
Merci encore au CNMT qui nous a permis de vivre cette expérience unique.
« vive la voile, vive la mer et vif le vent»

ROLEX GIRAGLIA 2016


Après de nombreuses semaines d’indisponibilité dues à la collision d’un J 80 dans sa belle coque toute neuve, Epsilon a repris avec brio le chemin des champs de course avec la Rolex Giraglia, l’une des plus prestigieuses au monde:
- en Inshore Race Saint Tropez class IRCB du 12 au 14/06: il termine 3ème sur 42;
- en Offshore Race Saint Tropez-Giraglia-Gènes class IRCB du 15 au 18/06: il termine  3ème sur 120;
- en Combined Inshore + Offshore class IRCB du 12 au 18/06, il termine 1er sur 42!

Un grand coup de chapeau à Jean Rameil, son skipper, et à son équipage, sans omettre Capriccio II qui s’est bien battu avec comme skipper Hervé Thouard.

 

 

giraglia2016  rolex giraglia 
J80 sous spi 2